Selon l’agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au travail, un état de stress « survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face »

On y trouve les trois éléments essentiels :

  • Les sources du stress qui sont ici les contraintes au travail qui s’inscrivent dans la durée et non ponctuelles. Les facteurs à l’origine du stress sont la tâche, l’organisation du travail, les relations professionnelles, l’environnement physique ainsi que l’environnement socio-économique.
  • L’état de tension  ou de stress lié au déséquilibre entre contraintes et ressources
  • Les conséquences ou effets du stress sur la santé des salariés et sur la productivité de l’entreprise.

L’identifier…

Il existe des facteurs de dépistage à mettre en évidence à partir des données existantes dans l’entreprise :

  • Indicateurs de fonctionnement de l’entreprise (turn-over, absentéisme, etc.) ;
  • Indicateurs de santé/sécurité en relation avec le nombre de maladies professionnelles, telles que les troubles musculo-squelettiques, taux de fréquence ou de gravité des accidents de travail, prévalence d’épisodes dépressifs, etc.

Ces indicateurs sont à interpréter en fonction de leur évolution au cours du temps ou en les comparant avec des valeurs de références nationales ou entre les différents secteurs, ateliers ou services de l’entreprise.

Quels risques pour l’homme ?

  •  L’état de stress n’est pas une maladie en soi. Mais par son intensité et sa durée, il peut menacer la santé physique  et mentale des personnes.
  • En quelques semaines, des symptômes divers peuvent apparaître :
  • Physiques : douleurs (coliques, maux de tête, douleurs musculaires, etc.), troubles  du sommeil, de l’appétit et de la digestion, sensations d’essoufflement ou d’oppression, sueurs inhabituelles, etc. ;
  • Emotionnels : en particulier, sensibilité et nervosité accrues, crises de larmes ou de nerfs, angoisse, excitation, tristesse, sensation de mal être ;
  • Intellectuels : entre autres, perturbation de la concentration entraînant des erreurs ou des oublis, difficultés à prendre des initiatives ou des décisions.

Pour l’éviter….

La prévention primaire visera à améliorer une situation de travail déjà stressante avant que n’apparaissent les problèmes de santé, à savoir :

  • Repérer les sources de stress, dépister les groupes de salariés exposés ;
  • Mettre en place des actions au niveau collectif ;
  • Promouvoir les méthodes individuelles de prévention.

La prévention secondaire a pour but de limiter les effets de situations stressantes chez des personnes présentant déjà des symptômes avérés. Les interventions les plus souvent développées sont des programmes qualifiés de gestion individuelle du stress.

 

Sources : INRS / Le point des connaissances /Hygiène et sécurité du travail-cahier des notes documentaires/stress au travail